"Bien informés, les hommes sont des citoyens; mal informés ils deviennent des sujets" (Alfred Sauvy)

Chronique citoyenne: L’audience, la finance et l’indécence

Écrit par B. Makhlouf

camra cacheLe ramadan arrive chaque année avec son lot de caméras cachées dans toutes les pseudos-chaînes de télévision où des animateurs amateurs tentent de se hisser dans le rang des animateurs professionnels. Les personnes piégées devraient déposer plainte car il y a atteinte directe à la personne à travers des mensonges qui mettent mal à l’aise l’invité. LIRE LA SUITE...

Par B. Makhlouf

Un scénario catastrophe fait par des aventuriers reste éloigné de la déontologie au point où certains piégés refusent de faire des déclarations. Seule une personnalité respectable en la personne de Mr Rachid Boujedra a osé déposer plainte et il faut le saluer. Certaines invitées ont même pleuré et les animateurs rigolaient comme des zombies ou un prédateur qui a cueilli sa proie.  Nos pseuo-animateurs devraient s’inspirer des autres émissions de caméra cachée où règne le professionnalisme et le respect des personnes.


Dans ce volet il y a lieu de noter le tragique accident d’avion qui a couté la vie à 257 personnes innocentes qui avaient la vie devant eux a ému l’ensemble de la population et a montré la solidarité et la compassion dont font preuve les algériens dans de pareilles circonstances. Dans cette tragédie trois faits sont à souligner avec justesse et regret ; le premier a trait aux trois jours de deuil pour 257 personnes en mission ne font finalement qu’à peine 16 minutes par martyr alors que pour une sommité politique c’est 1000 fois plus. Le second est la joie dans les stades du pays avec des klaxons et des liesses alors que les matchs auraient du être reportés par décence. Quant au troisième point et il est de taille puisqu’il y a va du respect de la personne, de la famille et du mort ; il s’agit de l’exploitation du désarroi et de la tristesse des familles pour augmenter l’audience de quelques chaînes de télévision en recherche de sensationnel.


Les possibilités de faire de l’audience sont nombreuses pour des journalistes chevronnés, les espaces de faire du sensationnel utile sont nombreux et variés dans les domaines de la qualité des produits, de la corruption, des passe-droits, de la fraude, de la falsification, de la dilapidation des ressources naturelles etc... Le droit d’informer est sacré et non négociable mais il a ses limites. Dans un pays d’état de droit et où l’organe de contrôle des émissions joue pleinement son rôle de protecteur de la vie privée. Comment ose t-on interviewer une famille dans le malheur, ses membres en pleurs et passer cette fausse information en boucle dans tous les journaux ?
Comment ose t-on pour l’audience et la finance exploiter le malheur des familles en montrant les jeunes happés par la mort à la fleur de l’âge au moment où leurs familles les pleurent ?


Certes ce n’est pas le premier ni le dernier accident mais ce qui attriste c’est la manière dont certains organes d’information audiovisuels en quête de gloire minable ont osé traiter cette information en se rapprochant des familles endeuillées. La course pour l’audience dans l’unique but d’attirer la publicité est devenue un leitmotiv déroutant et sans limites aucune pour diverses raisons dont l’impunité ou le lobby puissant.


Malheureusement ce n’est pas l’unique cas d’indécence au profit de l’audience et de la finance ; certaines émissions où le malheur des gens est exploité hebdomadairement pour un seul objectif faire de l’audience en la masquant par la solidarité mal placée.
Où sont les organes en charge de veiller aux diffusions ?